© 2014 Yann Gautron

Présentation


Le cœur de mon projet est directement lié à la Trans-spatialité et aux formes qu’elle développe. La Trans-spatialité est un manifeste écrit par moi-même et édité par l’Université de Bretagne Occidentale en 2008. Il s’agit le plus souvent d’étudier la matière création et son processus. Il est question d’étudier les liens entre l’environnement et la pensée pour dégager à un instant t une création. Ce travail se révèle face au dessin, à la photographie, à la poésie ou à la pratique sonore. Il s’agit de pratiquer de manière régulière et de s’attacher à une confrontation directe au texte par la pratique textuelle ou poétique, face à une poésie pure ou plasticienne, face aussi à des dispositifs ou idées qui permettent de développer un texte. Dans ma pratique graphique, j’utilise de l’encre de chine noire le plus souvent, dans ces systèmes de dessin, il s’agit de trouver des idées qui développent formes, dans un temps où ce qui apparaît sur le support vient véritablement de l’idée mise en œuvre. Pour vous citer des exemples, je dessine avec l’océan, avec des pierres volcaniques, avec la neige, avec des ruisseaux, avec des décantations, avec l’obscurité, avec la chaleur, avec le vent ou avec le temps. Tous ces dispositifs évoquent une teneur réflexive face au processus de création et aux liens qu’entretiennent l’œuvre et l’environnement. Un travail photographique se dégage de mes recherches où il s’agit de s’inscrire dans des environnements étrangers par l’interstice de l’appareil photo. Ce travail photographique est directement lié à l’environnement, au construit industriel, traditionnel ou contemporain. Toutes les photographies sont retouchées par voie numérique, c’est une sorte d’appropriation de l’environnement qui se passe le plus souvent face à un temps de voyage, de découverte ou de résidence. C’est la représentation de l’action de l’environnement sur la pensée pour développer une création. Je m’approprie aussi différents objets qui sont nécessaires à la vie, au bon déroulement de mon projet, cela peut être des appropriations de disques ou de livres, je les considèrent comme essentiels au bon déroulement du projet. J’essaie de comprendre la charpente réflexive de mon projet dans un document que j’appelle « Architecture de pensée » où j’organise la matière de travail sous la dénomination d’espaces qui peuvent être expressifs ou représentatifs. J’essaie de synthétiser toutes les questions qui peuvent émerger de cette pratique, dans un temps qui peut appartenir à un temps d’installation, d’exposition ou d’édition.Aujourd’hui, je suis continuellement à la recherche de nouvelles manières de faire, et tout ce qui émane de mon travail est une représentation de la Trans-spatialité.