© 2014 Yann Gautron

Rue Beaubourg


Rue Beaubourg est un livre de Yann Gautron/Publication novembre 2010 /er-e Trans-spatialiste/Rue Beaubourg is a book of Yann Gautron/Publication November 2010.

Rue Beaubourg – Yann Gautron.

1.

à Amsterdam Karel Appel

recommande d’utiliser sa subjectivité

il prend pour exemple la plus-value discursive de l’art

une caractéristique de la série 13-24

que nous retrouvons

dans l’œuvre d’Antonin Artaud

associé puis dissocié le petit format

atteint la perfection

normalisant ainsi le symbole

Michel Blazy se sent incroyablement

attiré par la protubérance de cette lettre

2.

à Londres le hasard déploie sa mathématique

corps, tableaux, fragments se synthétisent

Bernard Frize dit qu’il n’y a rien à faire

Simon Hantaï sourit

Douglas Huebler

regarde toujours la lune

3.

au Japon

Sam Francis admire le ciel

Hamish Fulton part pour le Pérou

Claude Lévêque sait

que sa Barbie l’attend

tout s’apaise de rouge

la chaussure est magnifique

le schéma se délasse

Christo conceptualise

4.

l’aboutissement est un espace-temps

où la peinture se dimensionne

théâtralité et mise en scène

complexifie la présence

un loup aboie

Joseph Beuys jubile

5.

la multiplication des objets

aliène la consommation

Thomas Hirschhorn hurle dans Paris

l’écho lui répète

de Ne pas plier

6.

les réminiscences compensées

répandent la bonne parole

Marlene Dumas

observe un missionnaire

Richard Serra

déchire du plomb

pendant 1 h47

7.

sept moniteurs

rendent grâce à la pureté

Gary Hill perturbe

la simultanéité

Chris Marker imagine la télévision

il rêve à quelque chose

et repense à Philippe Parreno

8.

si vous voulez suivre le courant

emportez un Sigmar Polke avec vous

9.

les témoins

usent de leur imaginaire

Alain Séchas médite

devant le bleu de la nuit

il est heureux

10.

Louis Cane

déstructure sa vocation

par une subversion monolithique

cette technique interrompt le vide

pour suspendre la couleur

elle pose sa juxtaposition

par des nouveaux types de matériaux

c’est une formulation

du postulat symbolique

11.

le vocabulaire transcendantal

s’illumine

Dan Flavin allume

sa lampe de poche

Christian Jaccard

déplie son échelle

Annette Messager fait un vœu

12.

la mobilité circonstancielle

déambule devant un rideau jaune

Claude Viallat s’assoupit

il pense à Matisse

au loin

six miroirs rectangulaires

détournent la fonction

même de la réalité

Michelangelo Pistoletto

se baigne à Biella

13.

une constellation géométrique

réflexive l’alternative

Mel Bochner

explore sa lecture

George Brecht esthétise

sa boîte

l’évènement est un portemanteau

14.

les signaux

magnétisent le support

la production est musicale

elle est signée Takis

15.

l’exemplaire

colore l’horizontale

l’ondulation se ponctue

d’interventions

Wang Du sculpte

un baiser emblématique

16.

le symbole du sol

est infini

Luciano Fabro

découpe du marbre

cela ressemble à du sable

17.

le Process art

décrit un automorphisme

Barry Flanagan

à les jambes en l’air

18.

l’arbre à pluie

devient puzzle

une femme

cherche son chemin

Michel François

se lave les mains

19.

Allan Kaprow

projette son discours

il recycle le temps

jusqu’à parvenir à l’incarnation

de son dispositif

20.

Allan McCollum industrialise

son illumination

même la lumière allumée

il fait toujours noir

21.

Zoé s’assied

elle se démoralise

car son lavabo est bouché

Jean-Michel Sanejouand

lui explique

que la balle de son fils

est tombée dedans

elle est retournée

22.

le système de surveillance

fait bondir Dan Graham

il saute en extension

peut-être est-ce l’icône du bonheur

23.

Douglas Gordon nous fait signe

sa perception est écrite

dans la mémoire de son cœur

24.

Sarah Morris capte l’incrédulité

elle songe à Mondrian

son enchevêtrement

le prend à contre-pied

25.

Anne et Patrick Poirier

psychanalyse le château

la merveille est un pays inconnu

26.

Felice Varini

nous ouvre la voie

sa ligne nous inscrit

dans l’infinitude

27.

la syntaxe explose

Bernar Venet fait des équations

28.

Franz West

nous propose de s’asseoir

son esthétique est orientale

Sigmund Freud s’allonge

30.

le métal se teinte de joie

un sourire nous envahit

Martial Raysse prend

son bain de soleil

31.

l’époque est

une architecture fragmentée

l’action est un assemblage

ou une sculpture d’ameublement

Kit Rangeta fabrique son musée

32.

les idées s’imbriquent

les unes dans les autres

la parabole est inconsciente

Frank Stella enroule son espace

33.

des traits et encore des traits

la géométrie est élémentaire

une rationalité du chaos

du blanc sur du blanc

ou est-ce une abstraction

de la spécificité

 

Rue Beaubourg : Ce texte est issu d’un dispositif d’écriture à partir du livre « Collection Art Contemporain » –La collection du Centre Pompidou – Musée national d’art moderne – Centre Pompidou – 2007. Il est produit avec l’aide de Ouestélio à Brest.

er-e Trans-spatialiste: environnement de recueil éditorial, structure d’autoproduction Trans-spatialiste.

Imprimé par Ouestélio, à Brest – Dépôt légal décembre 2010 – Copyright er-e 2010 -ISBN : 978-2-9532914-4-5